Jardins Partagés à Brioude

Source : La Montagne – 12 juin 2013

Les habitants des HLM route de Clermont ont créé un lieu de partage avec le soutien de Déclic

 

Alexandrine Salazar, de Déclic, accompagne deux fois par semaine les apprentis jardiniers. - BRIOUDE Photo
Alexandrine Salazar, de Déclic, accompagne deux fois par semaine les apprentis jardiniers. – BRIOUDE Photo
 Depuis quatre ans, une dizaine d’habitants du quartier Émile-Zola, à Brioude, se retrouve régulièrement autour d’un jardin partagé. Ce week-end, ils organisent la fête du jardin, ouverte à tous.

Cueillir les fraises, désherber les haricots, planter les courgettes, préparer des sirops ou redonner un coup de neuf à Kayasse l’épouvantail : depuis quelques jours, les jardiniers amateurs du quartier Émile-Zola sont en pleine effervescence, afin de préparer au mieux l’accueil des visiteurs, ce samedi.

« On remplit
des paniers
et on se vide
la tête ! »

Pouss’Kayasse est un projet original qui a vu le jour en mars 2010. Différent des jardins familiaux, il a la particularité d’être un lieu de rencontre plutôt que de production.

« Le jardin partagé est un outil qui a pour objectif de créer des liens avant tout, pas de faire de la production, insiste Alexandrine Salazar, référente des jardins à l’association Déclic. Le terme de jardin partagé est vraiment important, c’est un partage de terrain, mais aussi d’idées ».

Le projet est né des habitants des HLM de la route de Clermont, à Brioude. L’envie d’avoir un lieu extérieur, pour jardiner, mais surtout pour se balader, se détendre et se rencontrer. Avec le soutien du centre d’animation de la vie sociale Déclic, et grâce à la générosité du propriétaire du terrain, Jean-Denis Chalier, la prairie, située derrière le magasin Centrakor, a progressivement changé d’aspect et abrite désormais un espace vert et accueillant. Où l’on trouve un cabanon pour ranger le matériel, un épouvantail pour éloigner les oiseaux, un panneau pour expliquer le fonctionnement du compost et des petits carrés où se mêlent légumes, fleurs et plantes sauvages.

En toute simplicité, les apprentis jardiniers expérimentent différentes techniques de culture : paillage, compostage, synergie entre les plantes… « Ça permet beaucoup d’échanges ! s’exclame Alexandrine Salazar. C’est une vie de quartier en dehors du quartier ! Ça se passe très bien avec les voisins du jardin, qui nous donnent des plants ou des cerises pour les enfants ». La devise des habitants qui occupent le terrain est claire : « On remplit des paniers, et on se vide la tête ! ».

« C’est un terrain de 1.700 mâ, en pente, avec beaucoup de cailloux et pas de puits : ça demande donc un réel investissement ». Le manque d’eau est le principal problème des jardiniers, malgré l’aide de la mairie, qui remplit occasionnellement les deux tonnes à eau situées sur le terrain.

Le jardin sert également de support à d’autres activités, en lien avec le jardinage. « Les activités de Déclic sont toutes liées entre elles, affirme Alexandrine Salazar. Une partie des jardiniers a assisté à la conférence de Martin de Framont, à l’Université pour tous, sur les jardins du Moyen-Âge, et nous sommes en train d’organiser une sortie au Jardin pour la Terre, à Arlanc, cet automne ».

Accès. Quartier Émile-Zola, derrière le magasin Centrakor de Brioude, à gauche après le transformateur.

Lucie Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *