L’agroécologie

Quelles sont les différences entre l’agriculture conventionnelle et l’agroécologie ?

 

 

La situation en  Auvergne

Focus sur la situation auvergnate : Extrait de la conférence régionale de 5 fev 2013 de Marmilhat. En Auvergne, les surfaces cultivées en bio, représentent  3,1% des surfaces agricoles, contre 3,6 % à l’échelle nationale. Les marges de progressions sont énormes et la demande progresse.

Agriculture Biologique : lancement du pôle de conversion Bio en Auvergne

voir le site : conversion bio

A l’occasion de la Conférence Régionale Agriculture Biologique du 5 février à Marmilhat, le Président de la Région, René Souchon a insisté sur l’importance de la mise en place en Auvergne d’un  » pôle de conversion bio  »

10 Régions en France ont déjà mis en place cet outil. L’objectif est d’améliorer la coordination entre les acteurs de la Bio. Toutes les organisations en charge du conseil aux agriculteurs participeront à ce « pôle », notamment les Chambres départementales et régionale d’agriculture, Auvergne Biologique, les GAB (Groupement départementaux d’Agriculture Biologique) et le nouveau GRAB (Groupement Régional d’Agriculture Biologique).

Un site internet, un numéro vert seront mis en place pour centraliser les demandes des agriculteurs conventionnels qui souhaitent des renseignements sur les modes de productions bio, les démarches pour passer en bio, la législation.

 

Pour gagner en efficacité, René Souchon a proposé la création d’une association où toutes les parties prenantes de la bio en Auvergne, en particulier les Chambres d’agriculture, seront impliquées et dont la mission sera de mettre en place ce « pôle ». Cette association sera temporaire : une fois la dynamique lancée, une autre structure portera le pôle. Le dialogue, l’échange, la recherche du consensus et surtout la confiance doivent être aujourd’hui les maîtres mots pour que l’agriculture biologique se développe en Auvergne.

800 exploitations auvergnates produisent actuellement selon le cahier des charges de l’agriculture biologique. Elles représentant 3,1% des surfaces agricoles, contre 3,6 % à l’échelle nationale. Pour René Souchon, « l’objectif de 1 000 exploitations Bio doit être franchi rapidement et même dépassé ».

Le budget de la Région consacré à l’agriculture biologique s’établit à 1 million d’euros pour 2013. Dans ce budget, 350.000 € seront consacrés au co-financement de 8 nouveaux postes pour l’animation de la filière biologique, le conseil technique aux agriculteurs, l’animation du « pôle de conversion ».